Heartland

Là où l'amour des chevaux guérit toutes les blessures...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  AffiliatesAffiliates  

Partagez | 
 

 [Highland Harry - Etalon - 9 ans]

Aller en bas 
AuteurMessage
Taylor Sanders
Admin en chef (styyle xD)
Admin en chef (styyle xD)
avatar

Nombre de messages : 3220
Age : 25
Localisation : .:: QuelQue PaRT dans les Et0iiles ::.
Date d'inscription : 12/02/2007

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': On est des tubes on est pas des pots !

MessageSujet: [Highland Harry - Etalon - 9 ans]   Dim 22 Fév - 23:52

• Highland Harry •



[Photo 2]


Nom & affixe : Highland Harry
Age & date de naissance : 9 ans ; 13 mai 1999
Race : Hanovrien
Robe : Noire

Caractère :

Highland Harry offre un curieux mélange, une sorte de juste-mesure entre le type même du étalon docile et calme et l’étalon au tempérament d’entier, un brin fougueux. Il mesure environ 1 m 80 au garrot, et offre le type même du Hanovrien pure race. Sa tête est fine – n’allons pas jusqu’à dire qu’elle soit aussi délicate qu’un arabe -, racée. Ses membres élancés, musclés à l’extrême, supportent une carrure d’athlète. De ses jarrets puissants à ses flancs lisses et tendus, Harry est ce qu’il est ; un cheval magnifique, un compétiteur né et un étalon taillé pour la compétition. Sa beauté de pur-sang n’enlève certes, rien à son caractère. Il est tour à tour calme, joueur, espiègle, boudeur, mais ce n’est pas un cheval à problèmes. Très proche de l’espèce humaine, il est profondément attaché à sa cavalière de l’instant, Taylor SANDERS. N’allons pas croire qu’il n’a connu qu’elle, mais de toutes, c’est sans doute la plus douée, la plus attentive et la plus amicale. Bref, résumons de la manière la plus simple qui soit : Highland Harry incarne l’image même du cheval parfait.

Au box : Très calme, Highland Harry est néanmoins un cheval espiègle au tempérament joueur. Il gardé, de l’époque ou ce n’était qu’un yearling, son esprit malin, un brin têtu. Gourmand, il raffole des friandises et ira même jusqu’à fourrer son nez dans le poche qui contient les carottes ou les biscuits pour chevaux. Toutefois, comme dit au début, c’est un étalon calme, qui ne cherche pas d’histoire. Il apprécie les longues séances de pansage, et entretient une relation particulière avec sa cavalière ; à vrai dire, il est très affectueux. C’est sans doute pour cela qu’il est devenu le confident de Taylor. Ils se connaissent par cœur. Ce qu’il apprécie le plus, ce sont les caresses sur son poitrail, là où les poils partent dans tous les sens, formant un épis, où entre les antérieurs, là où la peau est presque glabre, aussi douce que du velours. Mlagré tout, il s'énerve parfois, le matin surtout. Il ne supporte pas qu'on l'ignore lorsque l'on distribue de l'avoine aux autres chevaux, et cherche toujours à être au centre de l'attention. Il a toujours besoin de s'occuper, car il s'ennuie vite. C'est un pour cela qu'il ne passe pas de nombreuses heures au box, Taylor rpéférant le lâcher au pré, là où il pourra se distraire. L'hiver, lorsqu'il est obligé de rester cantonner au box en raison du mauvais temps, sa cavalière essaye toujours de l'installer face à une cour où il y a de l'activité, ou une allée. Dans le cas contraire, même le bon vieux ballons suspendus au plafond ne suffit pas à l'occuper. La seule alternative possible est encore de passer du temps avec lui, de s'en occuper, de le chouchouter. L'hiver, Harry a souvent un poil éclatant tout simplement parce que palefrenier et Taylor s'efforce de le panser tous les jours, pendant de longues, longues, pour éviter qu'il ne vienne à attraper quelques tics.

A la monte : A la monte, Harry est tout simplement un cheval presque parfait. Il est volontaire et ne rechigne pas à l’effort. Son atout ? Le saut d’obstacles. Avec sa cavalière, ils forment un duo exceptionnel. Ils n’ont pas besoin de communiquer par les aides superficielles, les rênes, le mors, les paroles. Ils se comprennent mutuellement, pas besoin de mots pour cela. Ainsi, tous les concours auxquelles ils ont participés ou presque, ils ont eu un classement honorable. Il leur manque l’expérience, mais ils ont le talent, et c’est cela l’important. A part cela, Harry apprend très vite. Il est têtu, très têtu. Il faut prendre soin de varier les exercices car du fait de son intelligence, il s’ennuie très vite. Il est docile, coopératif, calme, patient, attentif et énergique. Mais parlons un peu de son caractère, en profondeur ; c'est un impatient, qui a sans cesse besoin de faire de nouvelles choses. Il n'aime pas rester à travailler le même point pendant plusieurs heures, au contraire, il lui faut de la diversité. Taylor a plus ou moins remédier à cela en incluant des reprises de dressage dans des entraînements de saut, mais il est vrai que le problème est loin d'être résolu. Beaucoup de cavaliers recherche un cheval excessivement intelligent, mais c'est souvent un inconvénient plus qu'un avantage. En vieillissant, Harry se pose un peu plus, c'est sûr, mais à neuf ans, il est encore très jeune pour un cheval de compétition. L'idéal aurait été de le canaliser dès son plus jeune âge, mais malheureusement, Taylor ne le monte que depuis peu de temps - trois ans seulement. Elle ne s'est jamais occupée de son débourrage et de ses premiers entraînements, et le problème vient sans doute de là. Malgré cela, c'était un étalon très doué et polyvalent. Il excelle en cross et réussit plutôt bien en dressage, mais c'est une discipline parfois répétitive et agaçante, alors il s'énerve. Le saut d'obstacles reste son point fort, à cause d'une hypersensiblité aux niveaux des membres, appelée "allergie au bois" dans le jargon équestre. C'est cette sensibilité qui fait de lui un cheval exceptionnel, mais un cheval précieux, comme un bijou d'une valeure inestimable. Son entraînement en est par conséquent difficile, parfois périlleux. Cependant, avec le temps et la maturité, Highland Harry pourrait très bien devenir un champion d'excellence. Il n'a que neuf ans, et un cheval de compétition atteint le sommum de son talent aux alentours de douze-treize ans, ce qui laisse encore de la marge.
En balade, le caractère un peu folichon d'Harry se révèle pleinement. Bien sûr, disons-le encore, Taylor ne le monte que depuis trois ans, c'est à dire pas assez pour pouvoir estimer précisément la personnalité du cheval. Mais lorsqu'elle le sort en extérieur, il devient incontrolable. Incontrolable peut-être pas, mais lui arrive de ruer, de taper de pied, voir de prendre le mors aux dents. C'est un cheval d'extérieur plus qu'une monture de compétition, qu'un Hanovrien qui n'aspire qu'à franchir des barres et effectuer des passages sous l'oeil critiques des juges. no, lorsqu'il peut piquer des galops endiablés sur des sentiers de promenades où nul n'est là pour lui dicter sa conduite, Highland Harry s'en donne à coeur joie. Toutefois, n'allons pas croire qu'il devient complètement sauvage. Disons plutôt qu'il retrouve le temprament joueur et un peu fou d'un yearling, et cela a toujours un peu amusé Tarlor. Car oui, la jeune femme s'ennuyerait certainement avec un pur-sang calme et docile, qui répond à chacune de ses demandes. Elle aime le caractère un peu obstiné d'Harry, sa manière de dire no, puis de céder, avec cet air résigné qui lui ait propre. Un vrai comédien, mais un cheval formidable. Pour en revenir au sujet de la liberté, il est très endurant, sans doute à cause de ses origines Arabe. Il ne se fatigue guère et peut galoper plusieurs minutes durant, se moquant bien de la chaleur. Guère peureux, il est plutôt hardi, vif, et ne tressaute que rarement lorsqu'un bruit inquiétant se fait entendre. Mais il déteste l'agitation. Cela l'agace, l'énerve profondément.
En concours justement, il rue parfois lorsque les clameurs se font trop fortes et trop importantes. Hormis cela, il supporte plutôt bien la compétition. Il est doué, et se classe souvent dans les cinq premiers. Mais sa jeunesse reste un handicap, et il lui arrive de se précipiter, un peu trop, et de perdre bêtement des points. Pour sa cavalière, ce n'est pas dramatique. Elle sait qu'avec du travail et de la patience, tout ceci pourra se résoudre sans trop de problèmes. En revanche, elle aimerait bien adoucir un peu un trait de personnalité d'Harry : son énervement lorsqu'il y a trop de bruit. C'est assez embêtant, en concours, où tout le monde crie, chahute, rigole, applaudit. Mais depuis maintenant sept mois, elle a essayé tour à tour des médicaments prescrits par un vétérinaire ayant pour but de calmer son étalon, puis de la Valériane, une plante sensée apaiser les nerfs des chevaux nerveux. Ces deux produits ne marchant pas, la jeune américaine s'est retranchée sur de l'acupressure, une sorte d'acuponcture douce, pratiquée avec les doigts. Cela a marché quelques temps, mais l'effet s'est vite estompé, et Taylor, ayant marre de jeter son argent par les fenêtres, a finit par abandonner.

Au pré : Au pré, Highland Harry devient un vrai petit fou. Il adore piquer des galops, sentir le vent dans sa crinière, faire la course avec ses congénères. Il se montre souvent vif, un tantinet violent lorsque Taylor l'emmène au paddock, tant il est impatient de se distraire. Ruades, piaffé et parfois léger cabré font partis de la liste des péripéties que Taylor doit parfois supporter lorsqu'elle l'y conduit. Le pire moment, c'est lorsqu'elle doit se résoudre à le rentrer dans son box. Le bel étalon noir révèle alors toute la splendeur et la noblesse de son caractère, et refuse parfois catégoriquement l'enclave entre quatre murs. Un tempérament de cheval sauvage ? Peut-être bien. Inutile de préciser que cela est parfois impossible de le rentrer à l'intérieur, tant son refus est profond. Cette facette de sa personnalité était contre toute attente la plus intéressante - tout du moins selon sa cavalière. Une fougue impétueuse, pleine de majesté, lui donnait un charme étonnant, même si parfois, la jeune femme le maudissait lorsqu'il refusait de se plier et de retourner dans sa stalle. Toutefois, il existe une technique qui est presque toujours couronnée de succès : les friandises. Car comme dit plus haut, le point faible d'Harry est sa gourmandise démesurée, qui le perd toujours, à chaque fois qu'il essaye de se cabrer face aux exigeances de sa cavalière.

****

Palmarès :
• Canterburry : 13 juin 2006 : 150 participants : Taylor SANDERS sur Highland Harry >> 1°
• Strafford : 17 septembre 2006 : 93 participants : Taylor SANDERS sur Highland Harry >> 1°
• Rochester : 1 décembre 2006 : 55 participants : Taylor SANDERS sur Highland Harry >> 1°
• US open, circuit jeunes chevaux : 4 mars 2007 : 112 participants : Taylon SANDERS sur Highland Harry >> 1°
• American Dressage's Cup Junior : 1 juin 2007 : 123 participants : Taylor SANDERS sur Highland Harry >> 2°
•Championship Jump Young Horses : 2 septembre 2007 : 120 participants : Taylor SANDERS sur Highland Harry : 1°
•International Horse Tour Junior : 4 décembre 2007 : 99 participants : Taylor SANDERS sur Highland Harry : 2°

Aptitudes : Highland Harry est un cheval polyvalent par nature. Il excelle aussi bien dans des disciplines demandant un certain effort de maîtrise et de concentration tel que le dressage, mais d’autres, plus forte en adrénaline – le cross-country par exemple –, lui vont tout aussi bien. Il sait s’adapter à chaque situation, et sa puissante musculature lui permet de s’adapter à n’importe quel type de parcours d’obstacles, aussi bien au niveau du hunter que du jumping, et il impressionne toujours par son talent et sa vivacité. Il n’est pas d’un naturel peureux, et sa fierté d’étalon qui lui reste lui offre la possibilité de se jeter corps et âmes dans n’importe quelle épreuve, peu importe sa nature, mais surtout, cela évite à sa cavalière bon nombre d’ennuis. De plus, Harry est un cheval au sang relativement chaud ; il est parfois un peu nerveux sous la selle, mais en cross-country, pour peu qu’on arrive à canaliser toute cette énergie, il devient un excellent coureur capable de réaliser d’excellentes performances – comme c’est d’ailleurs arrivé lors du concours de Rochester où il a battu ses adversaires avec quatre secondes d’avance, une prouesse encore jamais réalisée jusque-là. Mais l’étalon Hanovrien est capable de bien d’autre chose, car son talent ne se résume pas à la seule équitation anglaise. Il est, grâce à sa cavalière, un parfait modèle d’éthologie, et se prête volontiers à tous les jeux qu’incluse cette nouvelle méthode de monter à cheval. L’équitation Western, quand à elle, est un ensemble de discipline dans lequel il se démarque plutôt bien, sa souplesse lui permettant de concurrencer les chevaux type, tels que les Quarter-Horses, par exemple.

_________________
MY JUm'z cht'aiim (L)
SO...
I'm CRAZY....& then ? #

And we know it’s never simple, never easy - Taylor Swift, Beathe, Fearless 2008
On passe sa vie à chercher le bonheur, alors qu'il suffirait d'ouvrir les yeux pour le toucher du doigt...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.haras-de-heartland.com
Taylor Sanders
Admin en chef (styyle xD)
Admin en chef (styyle xD)
avatar

Nombre de messages : 3220
Age : 25
Localisation : .:: QuelQue PaRT dans les Et0iiles ::.
Date d'inscription : 12/02/2007

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': On est des tubes on est pas des pots !

MessageSujet: Re: [Highland Harry - Etalon - 9 ans]   Dim 1 Mar - 14:11

• Liste du Matériel •

Coming soon.

• Planning des entraînements •

Coming soon.

_________________
MY JUm'z cht'aiim (L)
SO...
I'm CRAZY....& then ? #

And we know it’s never simple, never easy - Taylor Swift, Beathe, Fearless 2008
On passe sa vie à chercher le bonheur, alors qu'il suffirait d'ouvrir les yeux pour le toucher du doigt...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.haras-de-heartland.com
Taylor Sanders
Admin en chef (styyle xD)
Admin en chef (styyle xD)
avatar

Nombre de messages : 3220
Age : 25
Localisation : .:: QuelQue PaRT dans les Et0iiles ::.
Date d'inscription : 12/02/2007

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': On est des tubes on est pas des pots !

MessageSujet: Re: [Highland Harry - Etalon - 9 ans]   Dim 1 Mar - 14:55

Dimanche 1 mars, onze heures
Retrouvailles


En cette froide matinée de mars, la température extérieure n’excédait guère les dix degrés. Dehors, une brume épaisse enveloppait encore les collines boisées de Virginie, bien qu’elle commençât à s’effilocher, comme autant de lambeaux d’un tissu que l’on aurait découpé de manière incertaine. Le ciel, quand à lui, ironie contradictoire, était d’un bleu et sans limite, un bleu profond et large, que seuls quelques cumulus d’un blanc éclatants, joufflus et délicatement teintés d’une palette pastels, venaient troubler. Une brise légère soufflait, n’améliorant en rien la température ambiante, mais donnant au ranch des airs pittoresques.
Et puis il y avait le reste. La demeure blanchie à la chaux, ses airs rassurants qui n’avaient changés en rien, son luxuriant jardin soigneusement camouflés derrière d’épais massifs floraux savamment arrangés et des arbres aux consonances lénifiantes et exotiques. La cour pavée de rose et gris clair, entourée sur trois côtés de roses et de géraniums, les bâtiments bas des écuries, dont les boxs étaient séparés par une allée centrale. Les paddocks aux lices blanches, dans lesquels figureraient bientôt des chevaux. Une demeure somptueuse dans un cadre idyllique, telle était la définition qu’arborait désormais le ranch, en cette froide matinée de mars.

Ravissante jeune fille blonde aux yeux bleus, tornade aux jambes emprisonnés dans un ravissant jean stone clair, iris couleur d’océan, diamants scintillants et lèvres entrouvertes. Les premières rayons de soleil coloraient le ciel avec lenteur lorsque Taylor Sanders poussa la porte d’une des écuries. Elle était charmante, habillée d’un jean clair et d’un débardeur noir, mais surtout d’une épaisse veste griffée Prada. Sa cascade de cheveux blonds reposait souplement sur ses épaules, et si l’on omettait la paire de boots, on aurait pu se méprendre quand aux intentions de la jeune fille. Oh, n’allons pas croire qu’elle faisait partie de ces bandes d’étudiants riches qui se moquaient bien de leur cheval. Non. Bien au contraire. A vrai dire, ce matin-là, Taylor n’avait pas l’intention de s’entraîner, plutôt de s’enquérir de l’état de sa monture, ce qui expliquait sa tenue pour le moins chic.
A première vue – à première vue car le long couloir sur lequel s’alignaient des boxs disparaissait dans l’obscurité en l’absence de lumière – il n’y avait pas âme qui vive. Cette constatation, un peu étonnante alors même que le ranch avait officiellement r-éouvert ses portes, inquiéta légèrement la jeune femme. «Nous n’accepterons les cavaliers que d’ici la semaine suivante» omit de lui dire sa mémoire.
Hormis ce manque de vie, l’endroit semblait plutôt agréable. Une odeur douceâtre flottait dans l’air, subtil mélange de jasmin, de cuir bien huilé, de foin frais et de peinture. Pour ce qui était de l’aménagement, cela ressemblait à une longue allée flanquée de boxs, mais Taylor n’en était pas sûr car tout était plongé dans une semi obscurité. A tâtons, elle chercha un éventuel interrupteur sur le mur cimenté, mais ses doigts se heurtèrent à un objet métallique et elle grimaça de douleur. Tant pis. Instinctivement, elle suçota son index meurtri, et s’avança dans le couloir sombre. Elle avait déjà oublié sa conversation de la veille avec le chef de chantier, qui lui avait remis tout un tas de plans, de clichés et de formulaires, et était bien incapable de dire dans quel box Harry se trouvait. Une foule d’autres questions accompagnaient cette interrogation ; le fringant pur-sang avait-il fait bon voyage ? S’était-il blessé ? Allait-il se plaire dans son nouveau lieu de vie ? Sa jeune cavalière entrevit sa belle tête noire et son port altier, négligemment passé par-dessus la porte de son box. Cette vision arracha un sourire à Taylor qui se précipita vers son cheval, et lui enlaça l’encolure avec une énergie débordante.


« Comment vas-tu mon cheval ? »


Le pur-sang hennit doucement, avant de se libérer de l’étreinte de sa propriétaire. Au passage, il laissa une traînée baveuse sur la joue de l’américaine, mais elle ne s’en inquiéta pas. Elle préféra plutôt se glisser dans la stalle, et aller ouvrir le battant supérieur de la porte hollandaise, celle qui donnait sur la cour, histoire de faire entrer un peu de lumière. Mais le crochet qui la retenait résista, et quand enfin il céda, le battant en bois heurta violemment le mur de l’écurie. Mais puisqu’il n’y avait personne pour s’en soucier….
Se retournant vers l’élégant cheval noir, la jeune américaine resta quelques instants à le contempler. Hormis sa crinière en broussaille, il était vraiment magnifique. Le port de son encolure était noble, sa tête fine et racée, et de temps à autres, un frémissement faisait onduler ses muscles puissants sous sa robe d’ébène. Quelle chance de posséder un cheval pareil ! Taylor songea que, si elle n’avait pas été si attirée par le domaine de la médecine et si proche d’une vie citadine, elle aurait pu volontiers consacrée plus de temps à sa monture.


« Tu as bien dormi mon beau ? »

La pétulante jeune fille flatta l’encolure d’Highland Harry, pestant contre la poussière qui s’en dégageait. Personne n’avait donc pris le soin de le panser ? Intriguée, Taylor se pencha par-dessus la porte hollandaise, jetant un coup d’œil à l’allée extérieure, désespérément vide. Pas l’ombre d’un palefrenier. Ah. Bon. Apparemment, ça allait être à elle de s’en occuper, ce qui ne l’aurait pas dérangé le moins du monde si elle avait prévu le coup et opté pour un autre tenue – et qu’elle ne payait pas des sommes folles pour que ce soit fait. Depuis quand était-on obligé de s’occuper de l’entretien de son cheval ? Non que cela n’embête véritablement la jeune femme, mais, avouons-le, ne dépensait-elle pas trois-mille dollars chaque mois pour qu’une horde de lads s’occupent d’Highland Harry ? Avec un soupir, Taylor nota mentalement d’avoir une conversation avec Joe, le jeune homme qui était sensé avoir la charge de l’entretien des chevaux ; s’il n’était pas capable de lui fournir une excuse valable, alors qu’en ce samedi matin, onze heures, il aurait du être sur le pied de guerre, la porte lui serait toute indiquée.
Nonobstant, la robe d’Harry était crasseuse au possible. Finalement, la jeune américaine attrapa la boîte de pansage que quelqu’un avait oublié à la porte du box. Sa main parfaitement manucurée attrapa une étrille en plastique, et, bon gré mal gré, elle s’attaqua aux flancs crasseux de son cheval. Les résidus qui s’échappèrent des poils noirs la firent éternuer, et elle se demanda si ce n’était pas là le début d’une allergie. Lui restait-il des antihistaminiques ? Intérieurement, elle maudit sa décision de partir vivre à la campagne, elle, la fille la plus « in » de l’Upper East Side, la jeune diplômée d’Harvard, celle qui n’aspirait qu’à être belle et à séduire. D’ailleurs, y avait-il même rien qu’une pharmacie dans les parages ? La ville la plus proche ne semblait être qu’un bourg perdu, et s’il fallait pousser jusqu’à Richmond, autant repartir à Boston ou à New-York immédiatement.
Sans doute énervé par le stress de sa cavalière Harry s’agita, et Taylor s’empressa de s’excuser.


« Désolé mon cheval… »

Avec un sourire contrit, la jeune fille acheva de brosser l’encolure de l’étalon. Sans doute aurait-elle due passer un coup de bouchon, mais elle estima que ce n’était pas utile, alors, après avoir balancé l’étrille dans la caisse, elle en extirpa un cur-pied noir. Avec habileté, elle souleva l’antérieur droit de sa monture, et Harry, coopératif, reporta son poids sur ses trois membres restant. L’américaine eut rapidement finit, et s’attaqua aux trois autres sabots, heureusement très propres.
Se relevant, elle remit le cur-pied à sa place, et s’appuya contre le mur du box, le regard rivé sur la tête de son cheval. Elle avait hâte de le monter, de s’entraîner à nouveau, d’être admirée à nouveau, mais elle se sentait trop lasse pour le faire aujourd’hui. Le décalage horaire sans doute, à moins que ce ne soit de la mauvaise foi. Peut-être les deux. Fermant les yeux, Taylor soupira, essayant de comprendre pourquoi elle essayait toujours d’analyser la psychologie humaine. Elle était fatiguée. Et après ? Anna aussi était fatiguée, Heaven l’était, tout le monde était fatigué ! Quelle idiote, vraiment, de toujours vouloir déchiffrer sa manière de penser….Elle rouvrit les paupières, et se dit qu’elle ferait peut-être mieux d’aller marcher un peu, explorer les alentours, histoire de se changer les idées. Oui, elle avait besoin de prendre l’air. Avec douceur, elle caressa lentement l’encolure du pur-sang, et déposa un baiser fruité sur ses naseaux veloutés.


« Je reviendrai tout à l’heure mon cheval… »


Au moment de quitter le box toutefois, elle hésita. Devait-elle refermer le battant extérieur ? Oh, après tout, puisqu’elle était le seul être vivant ici hormis Heaven, qui aurait sans doute envie de profiter de sa nouvelle demeure désespérément moderne et confortable et Anna, qui ne s’inquiétait pas de ce genre de détail, la jeune femme décida de le laisser ouvert. Et qu’on ne vienne pas s’en plaindre.

_________________
MY JUm'z cht'aiim (L)
SO...
I'm CRAZY....& then ? #

And we know it’s never simple, never easy - Taylor Swift, Beathe, Fearless 2008
On passe sa vie à chercher le bonheur, alors qu'il suffirait d'ouvrir les yeux pour le toucher du doigt...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.haras-de-heartland.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Highland Harry - Etalon - 9 ans]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Highland Harry - Etalon - 9 ans]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Harry Potter
» Aller voir Harry Potter à partir de Disney?
» Croisement lowland et highland
» Hôtel avec package Harry Potter
» [Livre] Harry Potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heartland :: x [the Stables] :: xx [the Stables B]-
Sauter vers: