Heartland

Là où l'amour des chevaux guérit toutes les blessures...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  AffiliatesAffiliates  

Partagez | 
 

 [Arrivée en terre inconnue...] PV Heaven, Anna & Taylor

Aller en bas 
AuteurMessage
Taylor Sanders
Admin en chef (styyle xD)
Admin en chef (styyle xD)
avatar

Nombre de messages : 3220
Age : 25
Localisation : .:: QuelQue PaRT dans les Et0iiles ::.
Date d'inscription : 12/02/2007

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': On est des tubes on est pas des pots !

MessageSujet: [Arrivée en terre inconnue...] PV Heaven, Anna & Taylor   Sam 28 Fév - 14:58

Arrivée en Terre Inconnue
PV : Taylor & Heaven & Anna Sanders


Il faisait nuit lorsque la Toyota Camry noir, le type même du véhicule de location virginienne, s’engagea sur l’allée gravillonnée. Bien que la lumière manqua cruellement, les phares balayaient de leur lumière blafarde les contours des lices blanches, donnant un aspect presque fantomatique aux paddocks qui bordaient la route. Au loin, une centaine de mètres, peut-être plus, des formes sombres semblaient surgir de l’obscurité, et l’on distinguait vaguement quelques toits, prouvant que contre toute attente, l’endroit était habité.
La berline s’immobilisa bientôt dans la cour, dans un crissement de pneus, et lorsque la jeune conductrice coupa le contact, le silence emplit l’habitacle – ce genre de silence que seule la campagne peut procurer. Pour une citadine, qui avait toujours vécu à New-York et pour qui la nature se résumait à une villa en Géorgie, le changement promettait d’être radical.

Elle s’appelait Taylor Sanders. Vingt-six ans le mois prochain, fraîchement diplômée d’Harvard, elle incarnait à elle-seule la perfection. Une perfection arrogante et méprisante, une perfection frustrante et pleine de cynisme et de froideur, mais une perfection pour le mois incontestable. Elle ne connaissait ni la misère ni les difficultés, tout juste si elle avait eu vent des chagrins d’amour et des peines profondes insatiables. Pourtant, la jeune américaine représentait un certain idéal, et sa vie entière aurait pu ressembler à un cliché. Elle avait passée toute son enfance dans Greenwich Village, avait fréquenté une école huppée de l’Upper East Side, s’était envolée pour Cambridge où elle était devenue médecin. Au cours de ses vingt-six années d’existence s’étaient enchaînées les expériences d’un goût parfois douteux, de la première cigarette à la première canette de bière, les premières histoires d’amour et les décès, tellement prosaïques de par leur violence et leur vulgarité. Cependant, à vingt-six ans, après avoir connue la vie d’une jeune bourgeoise telle que l’on aime à se l’imaginer, Taylor Sanders aspirait à autre chose. La logique des choses aurait voulu qu’elle se fasse embaucher dans un complexe hospitalier californien, Los Angeles peut-être, ou à Miami, en Floride, qu’elle devienne à son tour un neurochirurgien brillant. Mais depuis peu, la jeune femme avait ressenti ce besoin qu’ont toutes les personnes vivant sur terre, celui de faire une pause, mais qui, chez elle, avait pris la forme d’un caprice. Alors, peu à peu, ce fut tout un tas de gens qui s’en alla répondre à cette nouvelle volonté.
Ce caprice avait pris la forme d’un ranch, dans cet état verdoyant de Virginie du Nord, aux confins de la chaîne des Appalaches. Jadis, il avait été un havre de paix, un endroit plein de douceur et de réconfort, dans lequel on aimait de manière tendre et sincère les chevaux, et dans lequel on ne s’imaginait pas un seul instant voir le milieu mondain prendre possession des lieux. Pourtant, la propriétaire avait disparue. Mariée, mère de famille, qu’est-ce que des écuries auraient pu lui apporter ? Le dit haras fut mis à vendre, et c’est à cette même époque que Taylor Sanders et ses sœurs triplées, s’étaient mis à la recherche d’un cadre idyllique pour leur nouveau désir. Et, bien évidemment, n’ayant rien d’autre à faire que de tendre des cartes de crédit et de signer des chèques, les trois jeunes personnes devinrent, du jour au lendemain, les nouvelles propriétaires d’Heartland.
Nonobstant, qui aurait pu s’imaginer que Taylor, Anna, Heaven, pourraient venir s’installer ici, vivre ici, en parfaites touristes et emplies d’une simplicité touchante ? Le ranch ressemblait alors à n’importe quel ranch, simple et fonctionnel. Or, était-ce vraiment digne d’une classe sociale supérieure ? Les travaux avaient commencés sept mois plutôt, et avec eux, des centaines de billets verts. On avait tout rasé pour tout reconstruire, on avait réaménagé et embelli, sous la houlette de la jeune Taylor, pleine de goût et de bon sens, fière de son talent à mener à bien un projet en un minimum de temps, sa finesse féminine choisissant avec soin l’emplacement de chaque chose, chaque rocher ou chaque fleur. Les écuries se devaient d’être un lieu hautement chic, où le bien-être des chevaux devait être intégral, mais aussi où l’on aimerait s’arrêter quelques instants. La maison n’avait comme autre nécessité que d’être un lieu chic, avec un jardin aussi beau et fabuleux que ceux des demeures de Beverly Hills, avec piscine faussement naturelle et fleurs exotiques. L’intérieur, il le fallait design, avec des lignes contemporaines, des matériaux nobles et de l’inox brossé, du cuir vachette et du parquet en bois d’ébène. Cependant, tandis que Taylor faisait plusieurs fois par semaine le trajet de Boston à Richmond en avion puis les deux heures de route jusqu’à Meadowville dans une voiture avec chauffeur, elle n’avait eu de la version finale et terminé que quelques photogrphies ; voilà pourquoi il lui tardait de savoir ce qu’était devenu ce ranch, au même titre que ses sœurs – qui avaient, cela va de soi, également prit part à toutes ces rénovations, de manière active et efficace.

Pourtant, ce soir-là, alors que le tableau de bord de la Toyota affichait il y a quelques secondes « 11 : 00 pm », la jeune femme se demanda si elle aurait le loisir de visiter les lieux dès maintenant. Il est vrai que le jour eut été mieux adapté, mais son impatience, son impatience de petite fille, l’empêchait d’avoir des pensées radicalement plus logique. D’ailleurs, n’était-ce pas elle qui avait insistée pour ne pas utiliser une de leurs voitures coutumières ? Selon la jeune américaine, il était évident que se faire remarquer dès le premier jour n’était pas de bon augure. Toujours selon elle, une banale voiture de location serait toujours mieux qu’une voiture de sport, tout du moins pour le premier soir. Et, naturellement, compte tenu de son caractère atrocement désagréable lorsqu’elle s’y mettait, Anna et Heaven s’étaient senties obligées de dire oui. Naturellement.
Avec un soupir, Taylor hésita pendant quelques instants, avant de se tourner vers ses sœurs. Heaven avait pris place sur la banquette arrière, tandis qu’Anna s’était confortablement installée sur le siège passager.


« Bon, eh bien nous sommes arrivées ! Heavy, tu as les clés ? Je te les aies donnée avant de partir…Anna, tu as toujours les photos que je t’ai confiées ? Je voudrais comparer les clichés que l’on m’a donné avec le vrai résultat… »

Et, sans attendre les réponses, la jeune femme se détacha, ouvrit la portière, et resta quelques instants immobiles dans la nuit. Ce soir, elle dormait à Heartland.

_________________
MY JUm'z cht'aiim (L)
SO...
I'm CRAZY....& then ? #

And we know it’s never simple, never easy - Taylor Swift, Beathe, Fearless 2008
On passe sa vie à chercher le bonheur, alors qu'il suffirait d'ouvrir les yeux pour le toucher du doigt...




Dernière édition par Taylor Sanders le Sam 28 Fév - 16:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.haras-de-heartland.com
Heaven Sanders
.
.
avatar

Nombre de messages : 1763
Age : 24
Localisation : |Devant le frigo à honorer le Yop frambi\'|
Date d'inscription : 16/06/2007

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': Occasionnellement Admin quand le coeur m'en dit & incontournable Droguée des séries

MessageSujet: Re: [Arrivée en terre inconnue...] PV Heaven, Anna & Taylor   Sam 28 Fév - 15:33

Heaven Eléonore Sanders venait d’arriver. En réalité, quitter New-York n’avait pas été facile, surtout en pensant qu’elle allait se retrouver dans un coin perdu de la Virginie. Et pourtant, elle était bien là, assise dans ce véhicule noir, en compagnie de deux jeunes femmes qui lui ressemblaient énormément. Trop pour que ça ne soit qu’une coïncidence. Ses sœurs triplées, en réalité, et les trois jeunes femmes comptaient s’installer à la campagne pour se retrouver, soit disant. Heavy’, de son surnom habituel, n’avait jamais été très douée lors des démonstrations d’affection, et pourtant ! Elle colla son nez contre la vitre, espérant ainsi discerner les contours de sa nouvelle demeure, et laissa ses yeux s’habituer à la pénombre.
Elle avait vaguement entendue parler de l’ancienne propriétaire, une certaine Laura Fleming, mais ça s’arrêtait là. Elle ne la connaissait pas plus que cela, sa sœur Taylor s’était occupée de tout, comme à son habitude, et ça n’était certainement pas pour lui déplaire. En effet, la jeune femme préférait avant tout passer des moments seule avec son calepin, afin d’écrire tout ce qu’elle voyait. Elle mettait ensuite cela sur son ordinateur portable dernier cri, qui ne la quittait jamais. A première vue, elle était plutôt taciturne. A première vue, évidemment. Cela faisait un contraste étonnant quand on savait que c’était une New-Yorkaise de l’Upper, habituée aux sorties, aux soirées chics, aux fêtes et autres. Heaven était ainsi. Et elle se plaisait à dire qu’elle restait parfaite, malgré son caractère. Tout le monde le savait, à New-York, les Triplées S, comme on aimait les appeler, étaient connues, riches, chics, et sexys.
Bref. Elle avait donc suivie ses sœurs en Virginie, avec l’impression bizarre qu’elle avait commis une bêtise, et pourtant, il était trop tard pour partir. Elle, une fille de la ville, se voyait mal passer sa vie dans un ranch, même si elle avait un cheval, Lord of Heaven. Mais après tout, pourquoi ne pouvait-elle pas faire un essai ? Comme Taylor, Heavy avait fréquenté l’une des meilleures universités des Etats-Unis, Columbia, où elle avait suivie une filière de journalisme qu’elle avait réussie avec brio, comme à son habitude. C’était courant, les Triplés S ne faisaient pas les choses à moitié. Ainsi, avec un peu de chance, elle trouverait quelque chose à se mettre sous la dent, et peut-être rédiger un bon article sur Heartland, qui ramènerait du monde au ranch, qui deviendrait alors riche. Heaven Sanders sourit et passa sa main dans sa longue chevelure blonde. Autant Anna s’occuperait des chevaux, Taylor de la partie administrative – ou du moins, c’est ainsi qu’Heaven voyait les choses – et elle… de la pub ? On pouvait dire ça ainsi. Certes, cela pouvait être minime à première vue, mais la jeune femme savait qu’ici, elle serait indispensable au bon fonctionnement des lieux. Quand sa sœur prit la parole, elle tourna la tête vers elle et répondit :


« Les clés ? Ouais, attends… »

Elle plongea la main dans son sac, avant d’en ressortir avec un trousseau, qu’elle agita sous le nez de ses sœurs. Evidemment, elle connaissait beaucoup trop Taylor, et l’avait côtoyé suffisamment pour savoir que c’était son caractère, celui de vouloir tout diriger, et même si elle bouillonnait de l’intérieur, elle avait appris à contrôler sa colère et à laisser agir sa sœur à sa guise. Après tout, c’était bien connu, les triplées sont liées par un lien plus fort que quiconque, et malgré tout, elles ne pouvaient se passer des autres. Heavy ouvrit à son tour la portière, tenant absolument à se dégourdir les jambes après tant d’heures de route, et sauta à l’extérieur du véhicule. Là, elle inspira une grande bouffée d’air, et sourit. La campagne changeait beaucoup de la ville, c’était une évidence ! Et la nuit fraîche lui fit le plus grand bien. Elle fit quelques pas et s’étira quelques instants. Malgré l’heure tardive, elle n’était pas fatiguée, au contraire. Son regard se posa d’abord sur Anna, qui sortait à son tour, puis sur Taylor, et enfin sur le ranch à proprement parlé. Incroyablement moderne pour un simple ranch, on se demandait bien qui pouvait être passé par-là. Le sourire d’Heaven s’élargit, et tandis qu’elle se dirigeait vers la porte avec les clés pour ouvrir, elle se retourna vers Taylor.

« Bon boulot, Tay’. »

Son ton était sincère, puisqu’elle devait bien reconnaître qu’à ce niveau-là, Taylor était la mieux placée pour gérer Heartland. Quoi qu’il en soit, Heaven savait que tôt ou tard, elle aurait un rôle à jouer dans l’histoire de Heartland.
Comme elle l’avait marqué dans son précieux calepin, elle, Heaven Eléonore Sanders, Ange brisé lors de son envol, débarquait en terre inconnue pour une nouvelle vie, synonyme d’espoir et de renaissance, où elle pourrait enfin trouver sa place.


_________________
Ne pleurez pas votre passé car il s'est enfui à jamais,
et ne craignez pas votre avenir car il n'existe pas encore,
vivez dans le présent
et tâchez de le rendre si beau
que vous vous en souviendrez toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mamzell-maybelline.skyrock.com/
Anna Sanders

avatar

Nombre de messages : 2479
Age : 25
Date d'inscription : 23/07/2007

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow':

MessageSujet: Re: [Arrivée en terre inconnue...] PV Heaven, Anna & Taylor   Dim 1 Mar - 20:40

11 heures. Le froid, la nuit, une légère brise vous glaçant jusqu'à la moelle des os. Plusieurs heures de route et de vol avait été nécessaires pour parvenir jusqu'à ce ranch reculé de Virginie. Heartland. Dans le monde du cheval, monde auquel appartenait Anna, Heartland était réputé pour reprendre des chevaux à moitié fou et en faire des douceurs de la nature. Plébiscité par certains, critiqué par d'autres, Heartland n'en restait pas moins une référence en matière d'éthologie et de médecines équestres alternatives. Son ancienne propriétaire, Laura Flemming, qu'Anna connaissait quelque peu à travers de nombreux articles dans des revues de presse équines, avait tout plaqué. Elle avait troqué le ranch contre une vie bourgeoise et plus qu'aisée. Vie dont était issue Taylor, Heaven et Anna Sanders. On pouvait parlé d'une sorte d'échange. Pour Anna tout du moins. Il y avait maintenant quelques années qu'Anna avait fuit les soirées chics -dans la mesure du possible tout du moins-, les boutiques l'après-midi et le luxe de New-York pour se lancer dans le monde du cheval.

Elle avait rapidement gravit les échelons, usant de sa finesse et de son sixième sens si précis pour s'occuper de ses compagnons préférés : les chevaux. A vingt-six ans à peine, elle était une femme de cheval. Mais au delà de ça, elle était autonome. Et c'est là que se situait sa plus grande fierté. Elle vivait sans ses deux sœurs, sans les caprices de Tay', sans les mystères d'Heaven. Elle se suffisait à elle-même.
Durant le trajet, elle avait eu le temps de réfléchir à la décision qu'elle avait prise en quittant son emploi, pourtant si intéressant, et en allant s'installer avec ses sœurs, parfois si énervantes. Lorsqu'elle y repensait, et qu'elle cherchait des arguments l'ayant poussé à accepter elle ne trouvait que celui-ci : passer plus de temps avec ses deux sœurs. Mais cet objectif n'était pas le premier dans sa vie, non. Au contraire, il passait au second plan. Elle ne le savait pas encore, mais l'aversion qu'il lui arrivait de ressentir pour ses deux sœurs n'était autre que l'écho de la souffrance qu'elle avait éprouvé durant son adolescence.
Néanmoins, elle avait accepté. Et ce, sans réfléchir. Lorsque Tay' l'avait contacté par téléphone pour lui proposer ce projet elle avait tout de suite accepté. Elle avait l'impression que l'affaire n'aurait pas marché si elle n'étaient pas 3. Quoi de plus normal pour des triplés ? Alors elle avait accepté. Ne prenant pas soin de méditer la question. Et aujourd'hui, malgré l'appréhension qui la rongeait, elle ne pouvait pas faire demi-tour. Encore plus bizarre, elle n'en avait pas envie.

Parallèlement, elle aimait ses deux sœurs plus que tout. Trouvant en chacune d'elle toutes les qualités que l'on pouvait trouver dans la nature humaine. Elle admirait Taylor pour sa perfection assumée et Heaven pour sa capacité à souffrir en silence, sans se laisser pour autant abattre. Heaven était celle qui avait le plus pâtit du décès prématuré de leur mère, Anna en était pratiquement sure. Et pourtant, elle avait décroché avec brio ses examens et était maintenant une brillante journaliste.
Quant à Taylor, elle était en passe de devenir une des meilleures neuro-chirurgiennes de sa génération. Elle avait su tiré profit des malheurs qui avaient parsemés sa vie. Elle s'était brillamment servi de son intelligence pour mener une vie de rêves à New-York. Enfin bref, ses deux sœurs lui servaient d'exemples à suivre, de ports où s'ancrer, d'amies, d'ennemies. Et jamais plus qu'à cet instant elle n'aurait pu sentir le lien qui les unissait.

Elle se décida enfin à sortir de l'habitacle rassurant de la voiture pour observer un peu plus en détail les lieux. Elle se concentra à deviner les ombres que formaient les bâtiments. Tant est si bien qu'elle fut longue à apporter les photos réclamées un peu plus tôt par sa sœur. Elle fit un tour sur elle même, essayant d'intégrer chacun des détails que l'obscurité lui permettait d'apercevoir. A cause du noir, personne ne vit le sourire triomphant qui se dessina sur les lèvres de la jeune femme. Anna se sentait vivre ce soir. Elle sentait l'excitation d'un nouveau départ la gagner. Et quelles meilleures partenaires pour cela que ses deux sœurs chéries ? Personne, à n'en pas douter.
A 11 heures du soir, Anna, pour la premier fois, fit quelque pas dans la cour de Heartland. Ce soir, Anna Sonia Emily revivait, enfin.

_________________
Simplicité, Force, Emotions ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Arrivée en terre inconnue...] PV Heaven, Anna & Taylor   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Arrivée en terre inconnue...] PV Heaven, Anna & Taylor
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Isolation arrivée eau potable
» Cactus rustiques en pleine terre
» four à pain - enduit en paille-terre crue
» cohabitation possible parpaing / isolation terre + paille ?
» malaxeur terre/paille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heartland :: x [the Stables] :: xx [Paved Yard]-
Sauter vers: