Heartland

Là où l'amour des chevaux guérit toutes les blessures...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  AffiliatesAffiliates  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Gaëlle DiCaprio

avatar

Nombre de messages : 66
Age : 22
Localisation : Avec Ponette x3
Date d'inscription : 31/03/2009

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': Ponette x3

MessageSujet: Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]   Mer 8 Avr - 10:37

Je dessendais de ma 2007cc bleu. Athena dessendit à la suite. Ma chienne boxer observer les alentours joyeuse. Mais son calme ne resta pas longtemps ! Je tenai comme je pouvais sa laisse en sortant mes valises. A la vue d'un chat (elle adore les chats !), elle se mit à courir. Emportée par son poids, je tombis par terre en lachant toutes mes affaires. Je tenais la laisse fermement me fesant trainer. Je me relevai d'un coup et rammenait d'un coup ferme Athéna vers moi.
"- Athéna ! Assis ! C'est Pas Bien Ca ! Non !" Elle s'assit en couinant, honteuse. Je ramassai mes affaires. Mon telephone se mit à sonner. Je decrochai en essayant de prendre un air detendue :
"- Allo, Dr Dicaprio je vous ecoute.
- Gaëlle ! Tu ne devineras jamais ! London est enceinte ! Et son bébé, en fait ses bébés ! Sont siamois !
- Ok. Ecoute je peux pas vraiment là. J'ai rendez-vous avec la directrice du ranch et je dois aller voir le chef du service de pediatrie de l'hopital pour qu'il me presente mon equipe.
- C'est un moyen pour que tu reviennes. Je veux que tu reviennes.
- Malheureusement moi non. J'en ai finis là-bas. C'est finis la France pour moi. Bon je vois quelqu'un tchao ! " Je raccrochai. Des bébés siamois ! Mais c'est super rares ! J'etais à vrai dire plutot degoutés. Mais bon, ma nouvelle vie c'est ici par là-bas ! Je rammenai Athena qui recommençait à vouloir partir. Je vis une silhouette arrivait vers moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taylor Sanders
Admin en chef (styyle xD)
Admin en chef (styyle xD)
avatar

Nombre de messages : 3220
Age : 25
Localisation : .:: QuelQue PaRT dans les Et0iiles ::.
Date d'inscription : 12/02/2007

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': On est des tubes on est pas des pots !

MessageSujet: Re: Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]   Mer 8 Avr - 15:02

Les coups de dix heures venaient tout juste de sonner lorsqu’une voiture de marque française se gara dans la cour du ranch, aux côtés de la Porsche Targa 4S et de la prestigieuse Bentley Continental GT. Sous les pneus, les graviers crissèrent, mais le bruit n’alerta pas immédiatement Taylor Sanders.
Accoudée à la fenêtre de la cuisine, la jeune femme contemplait paresseusement le décor qui s’offrait à elle, son engouement pour l’endroit croissant de jour en jour. Elle aimait la cour pavée, bordée de plates-bandes fleuries, dont les bubons exaltaient de leurs senteurs raffinées. Elle aimait les bâtiments bas des écuries, leurs murs blanchis à la chaud, les portes à doubles-battants des boxes. Les paddocks aux lices blanches qui bordaient le sentier de terre battue et quasiment toute la propriété, leur herbe verte et grasse. Et puis il y avait la maison dans laquelle elle vivait désormais et vivrait sans doute encore pour quelques temps ; elle l’avait voulue chic et moderne, et, comme d’ordinaire, c’est ainsi qu’elle l’avait eue. Les planchers de bois précieux, les bibelots chinés dans des ventes aux enchères hors de pris, les rideaux de soie, le cuir noble des canapés. Et le jardin, avec son adorable piscine naturelle, sa pergola et sa vigne vierge rafraîchissante lors des soirées d’été. Oui, vraiment, le ranch avait quelque chose d’enivrant, et Taylor se rendait peu à peu compte à quel point elle avait grand-besoin de cela. New-York lui manquait, la vie trépidante de la ville immense lui manquait, les soirées mondaines, le shopping sur Fifth Avenue et ses amis lui manquaient, de même qu’elle regrettait Boston et Cambridge, l’Université d’Harvard où elle avait reçu son diplôme de neurochirurgien, mais la Virginie du Nord avait un calme et une beauté touchante que la ville n’avait pas. Et le sentiment qu’on éprouvait à se retrouver en ce lieu, libre de toute contrainte et avec la possibilité de commencer une nouvelle, d’explorer d’autres desseins, n’avait pas son pareil et était certainement le plus beau et le plus surprenant que l’on puisse éprouver.
A quelques mètres de là, une portière claqua, arrachant la jeune américaine à sa rêverie éveillée. De là où elle se trouvait, elle ne pouvait voir ce qu’elle appelait pompeusement « la Grande Cour », et soudainement curieuse à l’idée qu’une personne puisse vouloir venir au ranch un dimanche, elle se détourna de la fenêtre et décida d’aller jeter un coup d’œil au visiteur mystérieux. Avec sa grâce habituelle, la jeune femme traversa la pièce, ses talons de seize centimètres résonnant sur le plancher d’ébène.
Sa première pensée fut de se dire que, décidément, les gens de cette région la surprendraient toujours. En parfaite bourgeoise new-yorkaise, Taylor Sanders n’avait guère entendue parler des véhicules européens, et il n’y avait qu’à se dire qu’elle avait déboursé 109 714 dollars pour sa Porsche et 227 000 dollars pour sa Bentley, pour comprendre qu’elle ne pouvait décidément pas accorder de la valeur à une voiture de marque française. Quand au reste…
Le visiteur mystérieux était en réalité une visiteuse. Une vingtaine d’années, peut-être un peu plus. Visiblement, la jeune femme semblait avoir du mal à maîtriser son chien, mais Taylor ne s’en inquiéta guère, distraite qu’elle fut par la sonnerie d’un portable, et la subséquente conversation. Les mots « pédiatrie » et « hôpital » retinrent vaguement l’attention de la jeune américaine, qui trouva plutôt original qu’un deuxième médecin fasse son apparition à Heartland ; pourtant, son orgueil démesuré, comme d’ordinaire, la conforta dans son opinion d’elle-même, et c’est avec nonchalance que Taylor décida d’aller au devant de ce qui semblait être une consœur. Et peut-être bien une rentrée d’argent supplémentaire, cela ava de soi.
Vêtue d’un slim noir Marc Jacobs, d’escarpins à bouts ronds noirs Jimmy Choo et d’une de ses blouses en simple coton blanc Chanel, la jeune femme rejeta sa chevelure blonde parfaitement lissée sur ses épaules, et franchit le seuil de la porte d’entrée. Elle traversa rapidement la cour, et fut surprise de constater à quel point l’inconnue était petite. Certes, les escarpins de la jeune américaine rehaussaient quelque peu sa silhouette, mais au naturel, elle mesurait tout de même un mètre soixante quinze. Toutefois, elle resta silencieuse, et un sourire naquit sur les lèvres de la belle new-yorkaise, illuminant de manière agréable son visage parfaitement maquillé. Nonobstant, ce fut un sourire froid, poli mais distant, professionnel, sans une once de chaleur.


« Bonjour, je suis le Dr Taylor Sanders, l’une des nouvelles directrices du ranch. Puis-je vous être utile ? »

La voix de la jeune femme claqua, ferme, froide, impersonnelle, se propageant dans la brise matinale de cette froide matinée d’avril. Depuis quelques jours déjà, le soleil dardait plus haut ses rayons, dissipant alors avec plus de hâte la brume matinale et coutumière, mais le thermomètre n’excédait guère les quinze degrés. Cependant, il y avait fort à parier que d’ici quelques mois, il ferait suffisamment chaud pour que l’on éprouve plus qu’une envie, celle de se plonger avec délice dans l’eau fraîche de la piscine. Il y a quelques jours déjà, Taylor avait souffert de la chaleur, lorsqu’elle avait voulue aller faire le tour des environs à cheval ; nonobstant, un nouveau coup de vent fit voler les quelques feuilles, et la jeune femme frissonna.


[manque d'inspiration total...><]

_________________
MY JUm'z cht'aiim (L)
SO...
I'm CRAZY....& then ? #

And we know it’s never simple, never easy - Taylor Swift, Beathe, Fearless 2008
On passe sa vie à chercher le bonheur, alors qu'il suffirait d'ouvrir les yeux pour le toucher du doigt...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.haras-de-heartland.com
Gaëlle DiCaprio

avatar

Nombre de messages : 66
Age : 22
Localisation : Avec Ponette x3
Date d'inscription : 31/03/2009

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': Ponette x3

MessageSujet: Re: Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]   Jeu 9 Avr - 9:48

La voix froide et professionel de la directrice, ne me surpris pas. Je savais qu'il y avait un autre docteur ici. Et tout comme Gaëlle, cette jeune femme était facilement jalouse apparement. Cela devrait etre elle, car elle avait un comportement tipyque de medecin, du moins d'un futur medecin. Car elle me semblait un peu jeune pour avoir finis ces etudes. Je debordais d'impacience de lui demandé sa specialisation, de l'aider pour devenir un medecin renommé ! Je souris poliment, et me presentai à mon tour :
"- Dr Dicaprio Gaëlle, Pediatre à l'hopital de Meadowville, et proprietaire de Prisca et de ... je ramenai Athéna qui s'en allait encore Athéna.
Bien entre consoeur nous allons bien nous entendre pas vrai ?!"

J'essayai de faire bonne impression pourtant j'avais l'impression que cette Taylor et moi etions partis sur de mauvaises bases. Elle me jugeait. Elle regardait, mes vetements, mon maquillage, ma coiffure, et aussi avec une drole d'attention ma voiture, à laquelle je tenais. J'avais une drole de manie de vouloir que personne ne touche à ce que je possedais. Oui j'etais très possessive, et jalouse et aussi egoïste. Parfait ! Cette jeune femme et moi allions nous entendre.
La cour vaste, et vide donnait à ce ranch une impression d'abandon. Les près étaient verdoyants, les chevaux y broutaient tranquillement. Les boxes étaient spacieux et trèès propres. Les palfreniers s'activaient en silence. C'etaient vraiment très etrange. Je souris encore une fois betement à la jeune femme.
Ma mère m'avait toujours reproché de ne jamais sourir, pourtant là, je fesai vraiment des efforts !
De gros efforts même.
J'attendais que la jeune femme me dise d'aller ranger mes affaires dans mon appartement. Comme ça je poserai tout en vrac et je courais vers Prisca. Cet endroit me donnait vraiment la nausée, j'aimais quand s'etait pas parfaitement propre ! Quand il y avait un peu de crottin dans l'allée, des palfreniers qui discutaient, tout ce qui fait d'un centre un vrai centre. Et pas une ecurie parfaite. Peut etre que je me fesai des fausses impressions.
En tout cas une chose est sur, je n'avais qu'une envie, quitter la compagnie de cette jeune femme parfaite.
Je regardais l'heure sur ma montre. 10h10 ! Oh là là, il faudrait mieux que cette demoiselle s'accelere si elle ne veut pas que je la laisse pour aller voir mon chef.


Dernière édition par Gaëlle DiCaprio le Ven 10 Avr - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taylor Sanders
Admin en chef (styyle xD)
Admin en chef (styyle xD)
avatar

Nombre de messages : 3220
Age : 25
Localisation : .:: QuelQue PaRT dans les Et0iiles ::.
Date d'inscription : 12/02/2007

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': On est des tubes on est pas des pots !

MessageSujet: Re: Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]   Jeu 9 Avr - 23:38


_________________
MY JUm'z cht'aiim (L)
SO...
I'm CRAZY....& then ? #

And we know it’s never simple, never easy - Taylor Swift, Beathe, Fearless 2008
On passe sa vie à chercher le bonheur, alors qu'il suffirait d'ouvrir les yeux pour le toucher du doigt...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.haras-de-heartland.com
Gaëlle DiCaprio

avatar

Nombre de messages : 66
Age : 22
Localisation : Avec Ponette x3
Date d'inscription : 31/03/2009

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': Ponette x3

MessageSujet: Re: Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]   Ven 10 Avr - 13:50

Ah Bonn Behh Je Modiifiie Ca. Reponds Quand Même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taylor Sanders
Admin en chef (styyle xD)
Admin en chef (styyle xD)
avatar

Nombre de messages : 3220
Age : 25
Localisation : .:: QuelQue PaRT dans les Et0iiles ::.
Date d'inscription : 12/02/2007

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': On est des tubes on est pas des pots !

MessageSujet: Re: Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]   Jeu 23 Avr - 20:48

Depuis qu’elle était petite, Taylor n’avait jamais éprouvée un autre désir que celui d’atteindre la perfection. Certes, avec le temps, cette émotion s’était modifiée, transformée, elle avait évoluée en une ambition obsessionnelle et compulsive, mais il ne s’était jamais passé une journée sans que la jeune femme ne veuille vient faire. Pourtant, cette simple phrase même était sujette à controverse ; voulait-on « bien faire » pour les autres, ou pour soi-même ? Etait-ce une volonté d’atteindre la perfection suprême pour pouvoir se pavaner, en haut du grade social le plus élevé de la société, ou l’attention sincère et dévouée consacrée aux gens que l’on aime et aux parfaits inconnus ? A vrai dire, Taylor Sanders ne s’était jamais vraiment souciée des autres, et cela incluait le fait que leur opinion et leurs sentiments ne comptaient pas pour elle. La tristesse tout comme la joie étaient, pour elle, deux émotions que n’importe qui était libre d’éprouver, mais que son caractère cynique et taciturne ignorait délibérément. Les remerciements, les flatteries ou les critiques ne l’éprouvait pas, et jamais, Ô grand jamais la jeune américaine n’avait tenté, et même songé, à en profiter pour progresser, tant au niveau humain qu’universitaire. Alors, bien évidemment, la parfaite inconnue prénommée Gaëlle DiCaprio semblait venir de France, et aurait certainement mérité une attention particulière, ou bien que quelqu’un s’occupe d’elle, le temps d’une journée, lui témoigner de la sympathie et lui expliquer le fonctionnement du ranch, parce que les Etats-Unis, malgré tout ce qu’on pourra dire, n’ont jamais eu et n’auront jamais rien à voir avec la France. Nonobstant, ce n’était pas dans les habitudes de Taylor Sanders d’agir ainsi, et il n’y avait aucune raison que cela change. Au contraire. Perchée sur ses seize centimètres de talons aiguilles, sa beauté marmoréenne mais si éclatante paraissant encore plus jolie dans l’air froid du matin, la belle new-yorkaise passa souplement la main dans son ample chevelure blonde, laissant un silence presque pesant s’installer. Cependant, la jeune femme continua d’étudier avec soin l’inconnue qui lui faisait face, elle et son manque de manière, sa voiture qui n’avait rien de chic, son air supérieur. Elle n’éprouvait ni haine, ni dégoût pour cette fille, fraîchement débarquée de son Europe natale. Tout juste de la pitié, et, naturellement, un sentiment de supériorité. Peut-être que Gaëlle tenta, à un moment donné, de nouer des liens avec celle qui semblait vouloir atteindre une degré de perfection inégalable, mais Taylor renia toute forme de sentimentalisme. Un sourire dénué de chaleur, ou même d’une once de compassion naquit sur ses lèvres, éclaboussant sa beauté déjà parfaite d’une vague de perfection irréprochable. Que ce soit dans la froideur de ses traits ou dans la netteté magnifique de son expression, la jeune femme dégageait un éclat si beau qu’il en était indéniable. Mais, au-delà de ça, elle était surtout glaciale, et ce manque de chaleur jetait un froid sur son visage de porcelaine. Nonobstant, son soprano clair et harmonieux fendit l’air avec la douceur du velours et le tranchant d’une lame de rasoir.

« Non, je ne crois pas. »

Les mots, durs, résonnèrent dans la légère brise. Ni compassion, ni tendresse. Ni remords. Taylor affichait un sourire tranquille, et se jugeait dans son bon droit ; après, elle était neurochirurgien diplômée d’Harvard, et elle estimait que le fait qu’une inconnue partage la même profession qu’elle ne faisait pas d’elle une amie. Après tout, l’habit ne fait pas le moine, n’est-ce pas ? Et puis, il y avait le reste. La trop haute opinion d’elle-même qu’entretenait la jeune new-yorkaise, sa difficulté à se lier avec quelqu’un, son aversion pour la nouveauté et son dégoût du trop ancien, son manque d’assurance face aux évènements alors qu’elle paraissait tout maîtriser, en apparence. Mais cela, Taylor se garda bien de l’évoquer, et sans ciller le moins du monde, elle poursuivit sa phrase, gardant ce même ton si léger qu’il en frôlait l’indécence, si brûlant d’antipathie, si froid.

« Je ne vous connais pas, vous ne me connaissez pas. J’imagine que vous venez pour mettre votre cheval en pension ici, n’est-ce pas ? Bien. Nos rapports seront strictement professionnels, et je doute que nous ne nous croisions plus d’une fois par mois. Pour le reste, sachez que je suis neurochirurgien, et que malheureusement, je ne travaillerais pas dans le même service que vous. Suis-je clair ? »

Avec son cynisme coutumier, la jeune femme insista avec un certain plaisir sur les deux dernières phrases, délibérément ironique. Un chirurgien ne fréquentait jamais un simple pédiatre, aussi simplement que le soleil se couchait à chaque fin de journée, sans jamais darder ses rayons sur la terre expirante de chaleur lorsque la nuit avait repris possession des lieux. Cependant, Taylor ne fit pas mention de ce détail, et venant de sa part, on aurait presque pu considérer cela comme une geste de bonté. En était-ce vraiment un, d’ailleurs ? Oh, non, bien sûr que non. Gaëlle DiCaprio était aussi insignifiante pour la jeune américaine qu’un moucheron écrasé. Une simple personne de plus parmi les gens de sa connaissance, une cliente en plus pour le ranch, une cavalière qui donnerait de l’argent. Ce n’était ni une amie, ni un être cher. Et pour autant que Taylor le sache, elle ne le deviendrait jamais.
Cependant, un chien aboya au loin, tandis qu’un énième coup de vent faisait danser les frêles branches des arbrisseaux.


_________________
MY JUm'z cht'aiim (L)
SO...
I'm CRAZY....& then ? #

And we know it’s never simple, never easy - Taylor Swift, Beathe, Fearless 2008
On passe sa vie à chercher le bonheur, alors qu'il suffirait d'ouvrir les yeux pour le toucher du doigt...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.haras-de-heartland.com
Gaëlle DiCaprio

avatar

Nombre de messages : 66
Age : 22
Localisation : Avec Ponette x3
Date d'inscription : 31/03/2009

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': Ponette x3

MessageSujet: Re: Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]   Jeu 23 Avr - 21:28

Les mots durent resonnerent dans la tete de la Gaëlle, qui resta bouche bée. Elle se ressesit, pensa que si la jeune femme cherchait la guerre, elle l'aurait.
Elle sentit l'air de superiorité de Taylor, et comprit qu'il fallait n'y fere guere attention et lui montrer qu'elle aussi était importante.
"- Bien, si nous ne sommes pas amies, sachez aussi que pediatre c'est 11 d'etudes comme neurochirurgienne."
Elle regarda la jeune femme. Pour qui se prenait cette fille de 24 ans, neurochirurgienne, et puis quoi encore ? Elle roulait certe avec une belle voiture, avait un beau ranch, un beau metier. Mais la 207cc bleu de Gaëlle coutait une fortune, ok un petit appartement mais elle ne resterait pas ici pour longtemps de toutes façons ! La jeune femme gagnait plus de 10238.4 Dollars par mois (soit 8000€). Elle ne manquait de rien. Et cette jeune femme la prenait pour une demeurée. Si il y avait bien un sentiment que Gaëlle ne supportait pas, c'etait bien celui de Taylor, ce sentiment de ce croire superieur aux autres. Les rapports professionnels, il n'y aurait certainement que ça, voir meme moins. Un "bonjour" et un "au revoir" serait meme de trop sortit de la bouche de Gaëlle pour Taylor. Gaëlle n'etait pas un ange, loin de là, mais la superiorité non. Pour elle tout le monde était egaux. Et si quelques chose peut differencier les un des autres à la limite, c'est la sagesse qui s'aquiert avec l'age.
Taylor et Gaëlle ne serait pas amies, jamais. Gaëlle semble timide, mais en fait elle est tres ouverte, contrairement à Taylor. Oui Gaëlle jugeait la jeune femme, mais elle ne cesserait de la juger, que lorsque Taylor lui montrerait qu'elle n'est pas superieur à elle.
Taylor était belle, mais jeune, et par consequence, inscouciante.
Gaëlle était une beauté naturelle, ses cheveux étaient longs et chateins, plutot mince et moyennement grande. La beauté naturelle de la jeune femme, n'avait eu de succes que vers ces 13-14 ans.
Aujourd'hui Gaëlle n'avait pas de complexe, elle s'assumait. Et elle était bien decidé à montrer à cette jeune femme, qu'elle etait intelligente, belle, sociable, et surtout que c'etait une batante lorsqu'elle le voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taylor Sanders
Admin en chef (styyle xD)
Admin en chef (styyle xD)
avatar

Nombre de messages : 3220
Age : 25
Localisation : .:: QuelQue PaRT dans les Et0iiles ::.
Date d'inscription : 12/02/2007

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': On est des tubes on est pas des pots !

MessageSujet: Re: Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]   Jeu 30 Avr - 18:18

Eh voilà, on y était. Le moment décisif où l’interlocuteur devenait soudainement susceptible, se sentait rejeté, banni d’un cercle invisible et trop privé avant même qu’on ne lui ait donné sa chance. Une injustice cruelle, un manque d’égard, une indécence pourtant criante de vérité. Des mots, lancés, comme ça, des mots sans aucuns sens mais dont la cruauté cynique qui s’en échappait bouleversait votre cœur, vous faisait trembler de rage. Mais Taylor ne releva pas. Non. Tout dans sa manière d’être, sa nonchalance étudiée, son sourire délibérément vague et insouciant, son teint éclatant mais son air froid et lointain, témoignait d’une antipathie profonde pour la gente humaine. Et comme souvent, la jeune femme se dit que ses semblables n’étaient que trop stupides de vouloir la considérer, elle, comme une des leurs. Elle n’était ni gentille ni complaisante envers les inconnus, et elle le revendiquait. Pourquoi vouloir faire d’elle un pantin, dont on tirerait les ficelles, et qui n’aurait d’autre but que de plaire et de se faire aimer ? Sa liberté d’esprit était, selon elle, l’une des plus grandes qualités, et se faire respecter entrait bien évidemment en ligne de compte. Tout ce qui venait ensuite, l’amour de son prochain, le bonheur de sentir aimé, n’était alors que superflu. Dans la vie, il fallait certes, avoir des amis. Des amours, peut-être. Mais le simple monde, ces personnes ignorante croisées quotidiennement, n’étaient elles-aussi que de simples pantins, des figurines toutes identiques, parfaites reproductions l’une de l’autre. Et à ce titre, Taylor estimait devoir leur vouer ignorance et cynisme. Alors, pourquoi se comporter différemment face à une énième personne ? Pour rien. Et, quand bien même Gaëlle DiCaprio eut de l’importance, la jeune new-yorkaise n’aurait rien changé à sa manière d’agir ; sa personnalité taciturne était ce qui la caractérisait le mieux, et sortir du monde obscur et éloigné où elle se cantonnait aurait arraché ses repères à la jeune américaine. Il y a seize ans, lorsque sa mère s’en était allé de ce monde, Taylor avait ainsi peu à peu perdu contact avec la réalité, jusqu’à le retrouver, trop brutalement. Mais elle en était ressortie changé. Et à la place de la timide enfant blonde aux yeux bleus était apparue une créature subliminale, mais dont la vie, à jamais changé, devait se retrouver coincée derrière d’épais murs, construits pour bannir tous sentiments et émotions quelconques de son esprit. Et puis, à la longue, ce qui devait arriver arriva : la jeune femme finit par devenir froide, inconsciente ou presque de la souffrance des autres, et cela était mieux : ainsi protégée, elle n’aurait plus à endurer à nouveau son propre malheur, la disparition tragique qui bouleverse tout, jusqu’à l’ordre même des choses.
Mais cela, Gaëlle DiCaprio l’ignorait. Sans doute voyait-elle une femme, vingt-six ans et quelques mois, dont la beauté était, certes, stupéfiante, mais dont le cynisme était proche de la méchanceté, et la froideur du dégoût. Peut-être la considérait-elle comme une personne brillante, mais antipathique. Et forcément, Taylor n’avait pas l’intention de la détromper. Bien au contraire.
Passant une nouvelle fois la main dans ses cheveux, la jeune américaine entreprit de répondre à son interlocutrice, son ton n’ayant guère changé et ses intentions restant toujours aussi simple : être rapide et efficace.


« Onze ans, vraiment ? Vous savez, j’ai passé douze années à la faculté d’Harvard… »

Avec nonchalance, Taylor insista délibérément sur le nom de la prestigieuse université, dont la simple mention laissait filer un tapis rouge devant qui avait eu l’honneur d’y entrer. La suite n’en était alors que grotesque tant elle était simple, mais cela tombait sous le sens.

« Et figurez-vous que d’ordinaire, la pédiatrie ne nécessite que dix années d’étude…Je crois que….Cela me fait deux années de plus, n’est-ce pas ? Oh, n’allez pas croire que je vous sous-estime ! Mais ne vous imaginez pas non plus que je vous considère comme quelqu’un d’important. Nous sommes collègues, nos rapports s’arrêtent là. Me suis-je fait comprendre ? »

A nouveau, voix froide, impersonnelle. La jeune femme, désireuse d’écourter la conversation, ne souhaitait perdre de temps en broutilles et badinage inutiles. Que Gaëlle DiCaprio soit pédiatre ou non, que ses années d’études soient inférieures ou supérieures aux siennes, dans le fond, cela l’importait peu. A vrai dire, la jeune américaine aimait juste à se faire respecter, et à instaurer clairement les limites, et ce dès le début : elle n’aimait guère les parfaits petits imbéciles, à l’image de son interlocutrice. Nonobstant, il y avait tout le reste ; une opinion de soi-même trop importante, un égocentrisme certain. Mais, malgré tout, Taylor était-elle vraiment cette personne là ? Oui et non. Avec ses amis, ses sœurs, sa famille, elle était plus gaie, plus naturelle, plus vivante. Plus chaleureuse, moins distante. Plus agréable, moins cynique. Plus généreuse, mois égoïste. Le fait était que sa personnalité était étonnamment compliquée, ses atouts sans cesse en contradictions avec ses qualités, ses défauts sans rapports avec ses faiblesses. Certes, au fond d’elle-même, la jeune femme était un curieux mélange des deux, à la fois froide et expansive, mais trouver le juste milieu est difficile, voir impossible. Et, comme déjà dit, rester en retrait de tout, c’était se préserver de la souffrance. Cela, la belle new-yorkaise l’avait compris plusieurs années auparavant, et elle doutait de parvenir un jour à sortir de ce tourbillon infernal. Car, après tout, ne se soucier que des apparences et si peu du reste, choisir avec soin son entourage et bannir de son esprit le plus important, n’était-ce pas une situation confortable ? Certes, Taylor savait que son déménagement la bouleversait plus que de raison, et son caractère trop réservé y était pour beaucoup. Elle savait également qu’Heartland avait déjà modifié imperceptiblement sa personnalité. Son envie soudaine de se rapprocher de ses sœurs, de se faire des amis, de ne pas rester une âme isolée dans ce coin déjà éloigné de tout. Les émotions étranges et si peu connues qui l’avaient submergées lors de sa première rencontre avec Andrew Crawford. Oui, au fond d’elle-même, la jeune femme était parfaitement consciente de tout ça, et chose étonnante, elle ne le reniait pas. Mais aujourd’hui, immobile dans la cour, face à une personne dont elle ignorait encore tout, Taylor ne pouvait s’empêcher d’être celle qu’elle était d’ordinaire, et qu’elle serait sans doute pendant encore de longues années. Car, quand bien même réussirait-elle à redevenir elle-même, sa volonté de ne pas être un « pantin dont on tirerait les ficelles » ne la quitterait jamais. C’était certain.

« Mademoiselle….DiCaprio, c’est bien ça ? Ecoutez ; je n’ai de cesse de vous le dire, nous n’avons rien en commun, et je n’ai pas envie que cela change. Est-ce clair ? Je n’ai rien contre vous, et je suppose que vous n’avez rien contre moi. A ce titre, aucune raison de se déclarer la guerre, n’est-ce pas ? Pour autant, j’estime, à juste titre, que nos rapports n’ont pas à dépasser les limites de la cordialité. Vous êtes peut-être pédiatre, vous êtes peut-être française, vous montez peut-être à cheval, mais le rapprochement s’arrête-là. «

Et la jeune américaine de ponctuer ses paroles d’un sourire parfaitement innocent. Non, elle ne désirait pas se faire de Gaëlle DiCaprio une ennemie.
Mais elle ne souhaitait pas s’en faire une amie. Loin de là.

_________________
MY JUm'z cht'aiim (L)
SO...
I'm CRAZY....& then ? #

And we know it’s never simple, never easy - Taylor Swift, Beathe, Fearless 2008
On passe sa vie à chercher le bonheur, alors qu'il suffirait d'ouvrir les yeux pour le toucher du doigt...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.haras-de-heartland.com
Gaëlle DiCaprio

avatar

Nombre de messages : 66
Age : 22
Localisation : Avec Ponette x3
Date d'inscription : 31/03/2009

xx [Identity Card]
[Identity Card] & [Relationship]:
[Secret ?]:
Phrase persow': Ponette x3

MessageSujet: Re: Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]   Jeu 30 Avr - 21:10

L'air superieur de Taylor agaça rapidement Gaëlle. Qui sous les paroles de Mademoiselle Sanders, n'y vit que du mal.
Gaëlle decida de declarer la guerre à la jeune Taylor.
Contrairement à ce que Taylor pouvait penser, etre pediatre demander autant de travail et d'etudes que neuro-chirurgienne. Et meme si Taylor avait fait un an de plus, cela ne changeait rien. Etre une pediatre c'est bien, mais etre une pediatre connue de toute la France et d'autres pays, est un travail dur, et une tache difficile à accomplir en entier. Pourtant dès lors où la jeune Gaëlle, avait finis ces etudes, la chance lui avait souris, en lui offrant les plus belles interventions et les plus rares, bonheur parfait pour la jeune femme qui avait connue le succès de la réussite des interventions. Elle était rapidement devenue une pediatre connue des gens, et seulement les personnes les plus riches et importantes pouvaient faire soigner leurs enfants par le Dr Dicaprio. Dotée d'un talent incroyable avec les enfants, dans les situations les plus critiques, c'est en parlant à l'enfant que Gaëlla avait sut s'en tirée. Par consequent les parents l'adoraient, et trouver son savoir faire avec les enfants impressionants. Les gens fesaient du bouche à oreilles, et certains laboratoires de medicaments pour enfants, l'avait demandé pour des pubs.
Completement engagée, Gaëlle partait en vacances en été, dans differents pays où les enfants souffraient de la faim, de la maladie, ect...
Elle soignait les enfants et les adultes.
Contente de son combat elle annonça fierement ses réussites medicales à Taylor Sanders et en mit pleins la vue à ses airs superieurs :

"- Un an de plus ou de moins, ce n'est rien. Vous n'etes pas cultivé en pediatrie, il me semble. Sachez donc, que pour une fois je vais vous apprendre quelques choses, qui vous fera moins sous-estimés les pediatres.
Les pediatres doivent suivrent 11 ans d'etudes, plus si ils le souhaient. Sacheze pour ma part, que j'ai eu mon diplome de pediatre avec brillo, et que j'en suis fiere. Et ce n'est pas vos airs superieurs qui vont m'impressioner. Je ne me laisserai pas faire, et je pense avoir fait beaucoup plus de choses pour le monde que vous. Vu votre caractere, vous n'allez visiblement pas en été dans les pays defavorisés pour soigner les gens malades n'est-ce-pas ?
Alors arretez de vous prendre pour une beauté fatale, intelligente et pleine aux as."

Le ton froid et les mots dures, de Gaëlle aurait fait peur à n'importe qu'elle personne. C'etait à present une menace, qui signifiait que Mademoiselle Sanders ferait mieux de se calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une arrivée un peu mouventé pour fille desorienté [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» svp deco pour fille de 12 ans
» Sac à tricot / couture pour fille de onze ans
» DECO CHAMBRE PRAIRIE POUR FILLE
» Cherche housse de couette pour fille 10 ans
» quelle montre pour mes filles en recompenses de fin d'etudes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heartland :: x [the Stables] :: xx [Paved Yard]-
Sauter vers: